Wednesday, August 02, 2006

La presse "indépendante" et la mort de M. KADDACHE

Monsieur Mahfoud Kaddache historien algérien, homme de grande probité, homme d'engagement, a été insulté par la presse "indépendante" algérienne (et la presse publique bien sûr) qui a fait son panagyrique jusqu'à 1990.
L'insulte?
Tout le combat de Mahfoud Kaddache contre le régime issu du coup de force de janvier 1992 a été occulté. Pas un mot non plus sur son appartenance au parti d'opposition radicale et pacifique le Front des Forces Socialistes (FFS) lui aussi boycotté par cette presse qui s'autoproclame libre.
*****
Exemple de Liberté qui vaut pour tous les autres tellement le contenu est quasi-identique :

LIBERTE Actualité (Mardi 01 Août 2006)
L’historien Mahfoud Kaddache est décédé Un témoin avisé s’en va

Par : Samir Benmalek
Mahfoud Kaddache est l’auteur d’une importante œuvre portant sur l’histoire ancienne et récente de l’Algérie. Une riche bibliographie qui emprunte aussi bien au témoignage qu’à la rigueur de la recherche scientifique.
L’historien Mahfoud Kaddache, décédé à l’hôpital de Aïn Naâdja, sera inhumé aujourd’hui à Alger. Âgé de 85 ans, le défunt était souffrant depuis quelques jours. Après un parcours de militant engagé, Mahfoud Kaddache est l’auteur d’une importante œuvre portant sur l’histoire ancienne et récente de l’Algérie.
Une riche bibliographie qui emprunte aussi bien au témoignage qu’à la rigueur de la recherche scientifique. Il a également dirigé plusieurs thèses portant sur l’histoire de l’Algérie. Dans une Algérie encore occupée, le jeune Mahfoud Kaddache parvient à effectuer un parcours scolaire régulier qui le mènera à l’école normale où il obtient une licence d’histoire. Diplôme qui sera suivi de celui d'études supérieures, puis le doctorat d'État. Ce cursus universitaire ne l’empêchera pas de prendre part au mouvement national, dont il sera l’un des historiographes. Cette initiation passera par les Scouts musulmans algériens dont il sera le secrétaire général en 1953 et président de 1957 à l’Indépendance. À cause de ses activités politiques au sein du MTLD, il sera à plusieurs reprises arrêté par la police coloniale. Une fois l’Algérie libérée, Mahfoud Kaddache enseignera à l’Université d’Alger tout en collaborant dans des périodiques dont la Revue africaine. Ses ouvrages, qui traitent de l’histoire antique de l’Algérie ou de sa guerre de libération, répondent au souci “que ce soit les Algériens qui écrivent leur propre histoire”, tenait-il à répéter. D’ailleurs, le titre de l’un de ses derniers livres, l’Algérie des Algériens, paru en 2003, est, comme le souligne son éditeur Le Rocher Noir, “cet ouvrage monumental qui retrace l'histoire complexe et mouvementée de l'Algérie, depuis son occupation au Paléolithique jusqu'à la domination des derniers envahisseurs, les Français (…)” Très prolifique, malgré ses charges d’enseignant ou celles de directeur d’institut de bibliothéconomie, le regretté historien, n’a jamais cessé d’écrire depuis les années 1970. On peut citer La Vie politique à Alger de 1919 à 1939 (1970), L'Algérie dans l'Antiquité (1972), L’Emir Abdelkader (1974), Il y a trente ans le 8 Mai 1945 (1975), L'Algérie médiévale (1982), L'étoile nord-africaine, 1926-1939 (1984) L'Algérie dans l'histoire, 1900-1954 (1989). Son dernier ouvrage, paru en 2004 chez Paris Méditerranée, est Histoire du nationalisme algérien 1919-1951. “Mahfoud Kaddache exhume plus de 30 ans de lutte pour la reconnaissance des droits du peuple algérien. Sans omettre les contradictions qui ont traversé les différents mouvements nationalistes, il rend compte du combat de ceux qui se sont élevés contre l'occupant français, de cette longue marche faite d'humiliations, de compromis et de défaites... mais toujours guidée par l'espoir et la liberté. Autant qu'un écrit scientifique rigoureux, ce livre est un plaidoyer remarquable pour le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes”, est-il écrit dans la présentation de ce livre. Plusieurs personnalités ont considéré ce décès comme “une perte pour l’Algérie. À l’image de Noureddine Benbrahem, commandant des SMA qui estime que “le défunt était un avant-gardiste et un unificateur, ce qui lui a valu l'amour et l'amitié de tous ceux qui l'ont connu et travaillé avec lui en Algérie et à l'étranger”.
Samir Benmalek
------------
LIBERTE La 24 (Mercredi 02 Août 2006)
Mahfoud Kaddache inhumé au cimetière de Ben Aknoun Un dernier hommage lui a été rendu hier
Par : Agence
L'historien et chercheur Mahfoud Kaddache, décédé dimanche soir à Alger à l'âge de 85 ans, a été enterré hier au cimetière Zedek de Ben Aknoun (Alger). Outre sa famille et ses proches, de nombreuses personnalités politiques, scientifiques et ses anciens collègues d'université, ainsi que des représentants du mouvement scout étaient présents à l'enterrement. “Indépendamment de l'universitaire que tout le monde connaît pour ses travaux extrêmement importants et “fouillés” sur le nationalisme algérien depuis 1920 à nos jours, Kaddache a été un militant et un témoin de la lutte de libération nationale qui a analysé cette période dans ses écrits avec un œil objectif”, a déclaré à l'APS M. Daho Ould Kablia, ministre délégué aux Collectivités locales. Il a également mis en exergue l'apport universitaire de Mahfoud Kaddache qui “a formé des générations de jeunes en leur inculquant le patriotisme et le civisme”. M. Ali Haroun, ex-ministre et personnalité nationale, a, pour sa part, rappelé le rôle joué par le défunt historien dans la création du mouvement des Scouts musulmans algériens (SMA) et qui “était, a-t-il dit, parmi les fondateurs et les dirigeants du groupe El-Kotb”. “Je l'ai connu surtout dans le milieu du scoutisme. Il nous guidait sur la voie des opinions nationalistes”, se rappelle M. Ali Haroun à propos de “cet homme d'une grande compétence et d'une grande modestie’’. Pour M. Noureddine Toualbi, ancien recteur de l'Université d'Alger, actuellement représentant de l'Algérie à l'Alecso et l'Isesco, Mahfoud Kaddache “était un responsable d'une grande rigueur tout en étant un homme convivial et plein d'affection pour les gens qui l'entouraient”. “Le professeur Mahfoud Kaddache, que j'ai eu comme enseignant à l'université, était également un professeur émérite qui nous a fait aimer la matière d'histoire qu'il savait raconter avec une didactique propre à lui.” De son côté, le Pr Saïd Chibane a mis en valeur le travail réalisé par le défunt professeur et historien qui a “consacré sa carrière à la formation”. “Il a formé des lycéens, des universitaires, des générations de lecteurs dans le monde, qui se sont intéressés à l'histoire de l'Algérie”, ajoutant que “dans la recherche en histoire, il a laissé une école”.
Synthèse agence

4 Comments:

At 7:23 AM, Blogger Pour comprendre said...

En fait, ce n'est pas un commentaire mais une question sur un ancien post (daté du 31 décembre 2005) que vous aviez affiché: il s'agit d'extraits d'un travail universitaire de 1996 sur la presse algérienne. Je serais curieuse d'avoir le nom de l'auteur et les références complètes dudit mémoire... afin de le lire en entier!! Merci par avance

 
At 6:22 AM, Blogger lora said...

Vraiment agréable ce site et en plus il est complet et simple en recherche. Je t’en remercie beaucoup pour ces moments de détente .

voyance gratuite par mail

 
At 2:23 AM, Blogger Jordie Nilla said...

Merci pour cet article qui ajoute un + dans ce qu’on connaît déjà. Je te suis depuis quelques mois, et je tiens à te remercier pour tes conseils qui aident les jeunes bloggueurs aujourd’hui à mieux avancer dans leur activité.
voyance gratuite par telephone

 
At 3:00 AM, Blogger audrey lefour said...

C’est pour la première que je viens de visiter votre site et je le trouve vraiment intéressant ! Bravo !

voyance par mail rapide

 

Post a Comment

Links to this post:

Create a Link

<< Home